Partagez :

Comment responsabiliser vos collaborateurs pour atteindre les objectifs ?

Par Sébastien • 3 min

Vos coéquipiers peuvent être les plus volontaires et les plus sympathiques qui soient, ils peuvent aussi faire couler votre projet commun et vous avec. Cela arrive quand vous cherchez à les responsabiliser sur des missions qui ne collent pas avec leur vraie nature.

L’histoire qui devrait être connue de tous 🔮

Le conte du Scorpion et de la Grenouille devrait être connu de tout entrepreneur et tout manager. Il raconte l’histoire d’un Scorpion qui souhaite traverser une rivière. 

Ce dernier va alors à la rencontre de la Grenouille et lui demande de monter sur son dos pour l’aider à traverser. La Grenouille sait que le Scorpion est dangereux et lui répond :

“Il n’en est pas question ! Je te connais et je sais que si tu montes sur mon dos tu vas me piquer et me tuer”.

Mais le Scorpion insiste avec un argument d’une logique implacable :

“Mais je n’ai aucun intérêt à te piquer, sinon je vais moi-même mourir noyé !”.

Face à cette évidence, la Grenouille accepte. Le Scorpion monte sur son dos, mais alors qu’ils sont au milieu du torrent, le Scorpion pique la Grenouille. Sous le choc, désormais agonisante, la Grenouille s’exclame :

“Mais qu’est-ce que tu as fait, malheureux ! Maintenant je vais mourir et toi aussi !”

Et le Scorpion, s’enfonçant également dans l’eau, de répondre :

“Je n’y peux rien. C’est ma nature…

Cela commence avec une erreur de jugement 😬

Le démarrage d’un nouveau projet est toujours très excitant. Le champ des possibles est grand ouvert devant vous, tout est à créer et vous embarquez avec enthousiasme vos coéquipiers.

C’est une excellente chose. Mais la bonne ambiance et la confiance spontanée s’érodent vite dès que les résultats ne sont pas conformes aux attentes.

Vous pensez que l’autre est fait pour faire A, vous attendez le résultat A, mais il vous délivre le résultat Z.

En tant qu’entrepreneur ou manager cette situation est d’autant plus frustrante que le temps manque. Pour retrouver un peu plus de sérénité et de confiance avec votre équipe, il vous faudra adopter une nouvelle stratégie.

Stratégie pour éviter les fausses attentes 🦋

Elle commence par la formule du bonheur de Mo Gawdat (revisitée) :

Votre niveau de bonheur managérial = la perception juste de vos coéquipiers – vos attentes erronées envers eux.

Le mal-être managérial apparaît quand vous attendez des choses des autres et que vous vous apercevez que les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Dit autrement, le travail en équipe devient un enfer quand vous ne connaissez pas bien vos coéquipiers.

Le problème est que l’on se crée facilement de fausses attentes à propos des autres :

  • votre coéquipier a fait la bonne école, vous supposez qu’il doit être bon en tout
  • il a travaillé dans une super boîte, alors doit en savoir un rayon
  • il prend soin de lui, c’est qu’il doit être super professionnel
  • vous avez entendu dire par quelqu’un qu’il était une star, c’est qu’il doit l’être !

Rassurez-vous, cela arrive à tout le monde. Nous avons tous des biais cognitifs

Pour changer cela, vous devez premièrement en prendre conscience. Si vous lisez cet article, c’est que vous êtes déjà sur la bonne voie.

Ensuite, il vous faut passer du mode “je suppose” au mode “j’apprends”. Ouvrez les écoutilles pour percevoir les réelles attentes et besoins de vos coéquipiers.

Tout va se jouer pendant vos 1:1🤝

Voici tout ce dont vous devez être sûr.e de connaître à propos de vos coéquipiers :

  • ce qui les animent
  • ce qu’ils n’aiment pas du tout
  • ce qui les passionnent
  • ce qu’ils font facilement
  • ce qu’ils aiment comme conditions de travail
  • ce qui les tracassent en ce moment
  • l’histoire de leur vie qui les a amené à travailler avec vous
  • comment ils pensent
  • le sens qu’ils recherchent en travaillant avec vous
  • la place qu’ils veulent avoir auprès de vous et des autres
  • etc.

Pour y arriver, il vous faut commencer par mettre de côté tout ce que vous croyez savoir sur eux. Cela est d’autant plus difficile que vous travaillez ensemble depuis longtemps.

Ensuite, cela passe par des conversations régulières et des questions que vous ne posez jamais. Si vous n’avez pas encore installé de rituel de one-to-one hebdomadaire ou bi-mensuel, démarrez dès que possible.

Il vous faut installer un contexte de 1:1 qui permette cette découverte mutuelle. Dans ce cadre vous allez :

  • mettre de côté les problèmes techniques (vous les résoudrez plus tard)
  • poser l’intention de prendre soin de vos coéquipiers
  • préparer à l’avance des questions ouvertes
  • écouter avec bienveillance (avant de jouer les sauveurs, il faut déjà accueillir)

Les bonnes responsabilités aux bonnes personnes 🌈

Les choses que vous allez apprendre au cours de ces conversations en one-to-one vont vous apporter beaucoup plus de clarté et de sérénité dans votre relation quotidienne de travail.

Au lieu de suppositions anxiogènes, vous allez avoir des certitudes.

Au lieu de frustrations, vous allez être fier de voir vos coéquipiers se sentir soutenus et compris par vous.

C’est en découvrant ainsi la vraie nature de vos coéquipiers durant les 1 to 1 que vous pourrez décider avec eux des missions qui leur iront le mieux.

Responsabiliser vos collaborateurs est un processus 🛣

Bien connaître vos coéquipiers n’est pas un but en soi. Ce n’est pas un résultat à obtenir, mais une posture à cultiver.

Vous ne pourrez malheureusement jamais dire : “check, ça c’est fait”

Pourquoi ? Parce que vous ne pourrez jamais effacer totalement vos propres biais de façon de penser.

Vos coéquipiers vous surprendront toujours. D’autant plus s’ils ont une personnalité très différente de la vôtre. Or c’est précisément dans cette diversité que se joue la puissance de votre équipe.

Votre métier en tant que leader est donc de percevoir le plus justement possible le puzzle des personnalités de votre équipe et de les mettre en musique par rapport aux missions à accomplir.

C’est cette compétence managériale que développent les leaders qui réussissent le mieux. Pour apprendre à maîtriser cet art, vous pouvez commencer gratuitement avec notre plateforme Boussole.

“L’art de voir est la seule vérité” – Jiddu Krishnamurti