Faiblesses Boussole

Partagez :

Pourquoi Boussole ne parle pas des faiblesses ?

Par Sébastien • 3 min

✏️ Cet article fait partie des chroniques philosophiques écrites par Sébastien Sors, notre Directeur Pédagogique. Pour les recevoir en avant-première chaque vendredi matin à 8h, inscrivez-vous ici.

 

De nombreuses personnes m’ont écrit pour me demander ce qu’il en était de la description des faiblesses dans les résultats du test Boussole. Il est vrai qu’elles en sont absentes et pour tout vous dire, elles le resteront.

Les faiblesses n’existent pas

J’irai même encore plus loin en affirmant que les faiblesses n’existent pas. La seule chose qui existe est son propre talent et l’environnement dans lequel il se déploie (je mets de côté les pathologies). La faiblesse est un phénomène qui surgit lorsque l’on n’est pas à sa place et que l’on a pas encore été courageusement à la conquête de cette place.

La bonne place

En 2014, je me lançais dans mon troisième projet d’entreprise. J’étais plein d’enthousiasme : j’étais épaulé par une agence digitale qui avait de la bouteille et les ressources techniques pour mener à bien le projet. De mon côté, j’avais du temps et de l’énergie pour le développer. La première phase d’étude du marché et la définition de la stratégie était passionnante.

Mais pas pour longtemps

Quelques mois plus tard, il a fallu se retrousser les manches et aller chercher les clients, un par un, tous les jours. Ce n’était pas du tout ma tasse de thé. Sans rien dire, je me suis exécuté, en me disant que c’était aussi ça la vie d’un entrepreneur. Et j’ai passé les mois les plus difficiles de ma vie. L’énergie n’y était plus et je sentais, malgré les apparences, que je n’étais pas à ma place.

Rebondir vers une meilleure place

Alors, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai décidé d’arrêter de chercher à compenser mes faiblesses et de laisser la place à quelqu’un qui saurait accompagner le projet dans son développement commercial. Un an plus tard, l’entreprise levait 2 millions d’euros et était un des leaders de son marché.

Aujourd’hui, je suis toujours entrepreneur. Mais en créant notre école WAKE UP, j’ai veillé à m’entourer de personnes brillantes qui aiment développer des partenariats et aller sur le terrain. Cette faiblesse qui, il y a quelques années me ralentissait et me rendait malheureux, n’existe désormais plus. Et mon talent d’analyse et de stratégie est plus présent et utilisé que jamais.

La question qui reste à résoudre et que vous êtes également nombreux à avoir posé est : comment trouver cette place ? C’est ce que j’essaierai de vous apporter dans cette série d’articles !