Voyage intérieur

Partagez :

Le voyage intérieur

Par Sébastien • 2 min

Cette semaine, on organisait le dîner de clôture de la seconde promotion du programme Ikigai.

Après un mois de travail sur soi, le sujet du développement personnel était forcément plus que présent dans nos discussions.

Mais on était aussi très surpris de constater que pour certaines personnes de notre entourage, au contraire, le développement personnel était loin d’être un sujet d’intérêt.

Il est vrai qu’il existe une sorte de binarité quant au développement personnel, soit on est ouvert au sujet, soit on ne l’est pas du tout. Comme s’il n’y avait pas de demi-mesure.

Étant très cartésien, cette vision m’a toujours un peu dérangée. Me rappelant les religions où soit l’on y croit, soit l’on y croit pas.

Mais si l’on regarde les faits, le développement personnel intervient souvent dans les moments difficiles de notre vie. Pour nos élèves, ce sont par exemple les remises en question professionnelle quand ce ne sont pas les burn-out ou la maladie.

Le point commun entre tous, c’est que l’on passe d’un moment où tout va bien, où notre situation, notre santé, sont au beau fixe, à un moment où le monde semble s’effondrer autour de nous.

Mais au fond de notre solitude, il apparaît une force inattendue. Quand l’extérieur n’apporte plus aucune solution, on trouve en soi une petite flamme qui nous permet de remonter et que les livres de développement personnel permettent d’entretenir.

J’interprète donc cette binarité sur le développement personnel comme étant un voyage du monde extérieur vers le monde intérieur. Du monde des apparences, de notre statut, au monde de notre identité et de ce qui nous anime profondément.

Finalement, c’est donc peut-être à chacun de vivre son voyage intérieur quand il en a besoin. Et un des plus beaux exemples est sans doute celui de Marine Barnerias que nous avions interviewé chez WAKE UP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *