Partagez :

Ikigai : en route pour le bien-être !

Par Anaïs • 3 min

Venue tout droit du Japon, l’Ikigai est aujourd’hui la méthode la plus sûre pour parvenir à se reconnecter à soi-même dans un monde industrialisé et de plus en plus hostile. À la clé, des résultats personnels positifs mais aussi, de façon plus globale, un impact direct sur la santé, l’emploi, bref un aller simple vers une stabilité sociale certaine.

Burn out, dépression, stress, la liste des mots-clés pour désigner les symptômes causés par le climat hostile de nos sociétés est longue. Sans parler du contexte climatique désastreux dans lequel tout cela s’inscrit. Pourtant, nombreux sont les salariés emprisonnés dans un quotidien professionnel difficile à quitter. Beaucoup se demandent pourquoi, sans avoir une vision claire du champ des possibles qui s’offre à eux. Aujourd’hui les critères de réussite se basent encore sur le niveau de salaire et sur un statut. Rares sont celles ou ceux qui se disent naturellement « Et si je pouvais faire autre chose ? ». Une situation ancrée depuis l’école avec les systèmes de notation. L’objectif est d’aller vite, pour devenir un acteur économique au service d’une industrie, pour payer ses vacances. Tout cela cloisonné dans une vie numérique avec comme conséquence une déconnexion de soi-même. Derrière, c’est une vraie perte de sens qui en découle. Indexée sur la technologie, la finance et une imagerie sociale qui nous éloigne de notre image originelle. Face à ce constat, beaucoup se recentrent sur les fondamentaux pour tenter de se poser les bonnes questions.

Une méthode venue du pays du soleil levant

Jusqu’à présent, il suffisait de partir en weekend, de faire du sport ou de mieux manger pour avoir la sensation d’être bien dans sa vie, de prendre soin de soi. Mais cela ne suffit plus ! Depuis quelques années, le yoga, les “morning routines”, la naturopathie ou encore la méditation (très en vogue dernièrement avec l’application “Petit bambou”) ont suscité de plus en plus d’adhésion. Mais cela reste bien souvent insuffisant pour réussir une véritable (re)connexion à soi et son environnement. Cela seuls les centenaires de l’île d’Okinawa y sont parvenus en cherchant ce qu’ils ont appelé leur Ikigai, un mot inventé pour désigner la raison d’être et identifier la route à suivre afin de se reconnecter. On dit qu’on est dans son Ikigai quand on a au quotidien cette source d’énergie qui nous permet de surmonter toutes les difficultés. Une énergie source de joie de vivre, source de sens à notre existence et dans le moment présent.

Une approche concrète, mais aussi mentale

Dans les faits, il y a deux niveaux. Un, très concret et l’autre, mental. Le premier consiste à exercer une profession alignée avec qui l’on est vraiment. Cela implique de trouver ses forces, ses talents et de les développer avec des connaissances pour en tirer des compétences et une rémunération. Pour y parvenir, il faut mener une véritable enquête sur le long et rencontrer de nombreuses personnes, à la façon d’un journaliste. Pour la partie mentale, l’enjeu est de prendre conscience des choses positives présentes au quotidien mais qui passent inaperçues. Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, cela nécessite un véritable effort. Enfin, pour se donner tous les moyens, il est impératif de ralentir son rythme. La méditation, par exemple, est un moyen simple pour éprouver la joie d’être ici et maintenant ainsi que celle des petites choses.

Le plus dur, c’est de s’y mettre !

Le plus dur, c’est le démarrage où il faut explorer et se remettre en question jusqu’au jour où ça se débloque. L’objectif est d’identifier cette petite flamme intérieure qui nous anime et la faire grandir petit à petit, jour après jour. Pour la cultiver, il est recommandé de lire sur le sujet, tester de nouvelles choses et en parler à des personnes bienveillantes. Ce dernier point est essentiel pour ne pas se laisser décourager par certains briseurs de rêves. Cette flamme intérieure, c’est en grande partie notre talent, ce qui nous rend unique et exceptionnel. Une première piste pour trouver ce talent est d’interroger ses proches : qu’avons-nous fait qui mérite d’être souligné ? Qu’est-ce qui les a impressionnés ? Que ce soit dans le quotidien, l’organisation d’une soirée, d’un week-end, etc.

Un impact d’abord psychologique puis sociologique

À long terme, si chacun entreprend ce type de démarche, les conséquences sur nos sociétés seront sans précédent. Rééquilibrage d’un marché du travail où chacun trouve sa place et aussi, et surtout, laisse sa place. En Finlande, à la sortie du secondaire, la moitié des élèves partent dans le système universitaire classique et les autres s’engagent dans le manuel, dévalorisé en France (ex : film Demain). L’impact sur la santé sera également non négligeable : moins de maladies et de dépression. Meilleure qualité dans la création : on aime, donc on fait bien. Respect des écosystèmes : nous regardons vraiment ce que l’on fait. Moins de déchets, moins d’impact sur la planète. En bref, une stabilité sociale voire planétaire, certaine. Aujourd’hui nous passons en moyenne près de 80 000 heures à travailler, donnons-nous les moyens de ne pas gâcher ce temps. L’Ikigai est à la portée de toutes et tous, il suffit juste de faire le premier pas.