Ecole

Partagez :

Les désillusions du système scolaire 🇫🇷

Par Sébastien • 3 min

✏️ Cet article fait partie des chroniques philosophiques écrites par Sébastien Sors, notre Directeur Pédagogique. Pour les recevoir en avant-première chaque vendredi matin à 8h, inscrivez-vous ici.

 

Le système scolaire français regroupe un grand nombre de désillusions :

  • les notes et les classements qui divisent au lieu de favoriser la cohésion
  • les filières qui catégorisent quasi socialement pour le restant de ses études : S, L, ES, STG etc.
  • le piège “voies royales” comme la prépa alors que plein d’autres passerelles existent
  • le sentiment d’infériorité des élèves et des profs dans la hiérarchie des écoles
  • la non préparation à de vrais sujets comme “négocier son salaire”
  • la sensation de ne pas savoir quoi faire de sa vie à la sortie des études etc.

On ne prend conscience de ces désillusions qu’une fois arrivé dans la “vraie vie”. Car finalement, les études c’est tout de même le grand confort. Une fois que l’on est bien installé dans une filière, il n’y a plus qu’à se laisser bercer pour 5, 8, 10 ans, le temps d’obtenir le diplôme final.

Mais ce doux rythme ne nous rend-t-il pas plus bête ? Un entrepreneur m’a dit un jour “notre devise c’est : alerte, tout va bien”. Il savait que le moment le plus dangereux pour son entreprise, c’était celui où l’on se reposait sur ses lauriers. Est-ce donc une si bonne idée d’attendre de l’école qu’elle apporte confort et sécurité en continu ? Je ne crois pas.

En revanche, on pourrait attendre qu’elle nous apprenne et nous aide réellement à avancer quelques soient les aléas de la vie, à trouver les solutions et à remettre en question l’existant. Pour que chacun puisse devenir, d’une certaine façon, un entrepreneur de sa propre vie.