Ikigaï

Partagez :

5 moyens de tendre vers son ikigai

Par Anaïs • 3 min

Si vous vous intéressez au développement personnel, vous avez très certainement déjà vu le dessin de l’intersection de quatre cercles, représentation du ikigaï. Google Images fourmille de représentations de ce schéma géométrique. Mais l’ikigai est avant tout un art de vivre dans la culture nipponne. Petit tour d’horizon des choses que vous devriez savoir sur ce terme japonais en vogue.

 

L’ikigai 生き甲斐 est un concept philosophique japonais qui signifie raison (gai) d’être (iki). Il se trouve au centre de quatre dimensions : ce que vous aimez faire, vos talents, ce dont le monde a besoin et ce pourquoi vous pouvez être payé.

Le psychiatre Mieko Kamiya décrit l’ikigai comme la source d’énergie qui permet d’aller de l’avant. C’est ce qui nous donne la force, la résilience et l’espoir quand l’on fait face aux difficultés de la vie.

Au Japon, le terme est communément utilisé pour désigner les petites choses de la vie de tous les jours comme les grands objectifs et réussites. Plus intéressant encore, ce concept n’est pas corrélé à la réussite : trouver son ikigai peut mener à la réussite, mais la réussite n’est pas une condition sine qua none de l’ikigai.  Trouver son ikigai et le vivre assure, tout simplement, une vie – et potentiellement une carrière – épanouie.

En route vers le bonheur

Le neuroscientifique Ken Mogi suggère dans son ouvrage Le petit livre de l’ikigai de démarrer sa quête en se posant deux questions :

  • Qu’est ce qui a le plus de valeur pour moi à titre personnel ?
  • Quelles sont les petites choses qui me procurent du plaisir au quotidien ?

Si vous avez les réponses à ces questions, vous êtes sur la bonne voie. Elles seront les prémices d’une vraie réflexion qui vous emmènera vers votre place idéale.

Selon l’auteur, la quête de l’ikigai se construit ensuite en travaillant sur cinq piliers :

1. Commencer petit

Le peuple japonais est reconnu pour être particulièrement méticuleux et soucieux de l’attention au détail. Chaque petit pas compte dans la quête du job idéal ou de son équilibre de vie.

2. Se libérer soi-même

L’ego est notre ennemi et le meilleur moyen d’avancer sereinement est de s’en affranchir. À l’image d’un enfant, il faut essayer de ne pas se complaire dans une profession, un statut social, etc. Se libérer de soi-même permet d’apprécier le moment présent.

3. Harmonie et durabilité

Nous vivons dans un écosystème où chaque être vivant est interdépendant. L’harmonie avec l’environnement et les autres est une philosophie centrale dans la culture japonaise. À titre d’exemple, au coeur de Tokyo, des botanistes ont conçu Meiji-Shrine, une immense forêt de 150 000 arbres où les animaux vivent en liberté. C’est aujourd’hui un sanctuaire où les habitants de la ville peuvent se relaxer et méditer. Chaque matin, les équipes balayent les chemins recouverts de feuilles mortes et les remettent minutieusement au pied des arbres et des arbustes, pour recréer un terreau fertile.

4. La joie des petites choses

Un rayon de soleil, l’odeur des croissants chauds le matin, le goût du café, ce sont les petites choses qui font notre bonheur. Et mises bout à bout, elles n’ont pas de prix. Savoir les apprécier et être reconnaissant pour cela fait partie de la quête vers l’ikigai.

5. Être ici et maintenant

C’est ce que l’on appelle aussi le flow : cet état dans lequel vous êtes tellement absorbé par votre activité que rien d’autre ne compte. C’est en étant dans cet état de flow que l’on prend plaisir à travailler. Trop souvent, le plaisir au travail est lié aux résultats ou aux récompenses. Et quand les résultats ne sont pas là, on est alors déçus et on perd ce zèle. Pour s’ancrer dans le moment présent, rien de tel que jouer de la musique seul, quand personne n’écoute, écrire une histoire que personne ne lira ou dessiner quelque chose que personne ne regardera. La satisfaction personnelle n’en sera que plus grande.

Ces piliers nous aident à mieux comprendre l’ikigai et à réfléchir à notre propre vie. En s’inspirant de cette philosophie et en cultivant nos talents, on peut arriver à trouver cette place parfaite, petit à petit.

Et vous, quel est votre ikigai ?


Si vous voulez aller plus loin, prenez le temps de faire un bilan avec notre programme Ikigai.